Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 19:51

     Breton ou cinq anglais qui envoient du bon rock teinté d'électro. Après un premier opus Other People's Problems en 2012 plein de promesses, nos admirateurs du surréalisme à la française reviennent avec War Room Stories et sa pochette arty très attrayante. On avait déjà succombé ici à leur morceau d'ouverture Envy, on va vous donner cinq raisons pour vous donner envie d'écouter plus que ce superbe single:

1. Des titres électro-pop qui s'imposent comme des tubes en puissance. Outre Envy et ses influences caraibéennes, Brothers et ses percus ou encore Legs & Arms (mélange entre les percus d'Ez3kiel et la folie pop de The Klaxons) sont de belles pépites mélodiques. Presque du niveau de Foals (écoutez Fifteen Minutes pour vous en convaincre).

2. Quelques morceaux plus dancefloor. Got Well Soon et sa reverb technoide assez âpre dégage un groove incontestable qui sent bon la sueur et le stupre. Port of Call fait lui aussi les beaux yeux à la techno, pour un résultat cependant plus convenu.

3. La qualité des arrangements. Une production plus lisse par rapport au premier opus certes mais qui fait la part belle aux cuivres et surtout aux cordes, et ce n'est pas pour me déplaire. Pour vous en convaincre écoutez la fin de Closed Category où cordes et cuivres se marient parfaitement pour une belle montée.

4. Du refrain pop à souhait avec des choeurs qui rappellent encore Klaxons. Je pense au très bon National Grid que je ne peux m'empêcher de chantonner (mal bien sûr et en mode "pub pour les produits laitiers").

5. Quelques ambiances plus électroniques et mystérieuses. Je pense à l'intro de S4 qui me fait penser à du Amon Tobin guilleret.

 

Morceaux préférés: 1. Envy

                                 4. Got Well Soon

                                 10. Fifteen Minutes

                                  3. Legs & Arms

Note: 8 . 5  /  10

 

Sylphe

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylphe - dans Five Reasons
commenter cet article

commentaires