Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 17:15

           Devotchka, peut-être un nom qui, comme ce fut le cas pour moi, ne vous dira pas grand chose et cover_crop-copie-38.jpgévoquera le nom d'une bonne vodka russe voire d'un groupe folklorique ukrainien. Et pourtant vous avez peut-être écouté le titre How it ends qui était la bande-son promotionnelle du jeu Gears of War 2 ou savouré la BO de Little Miss Sunshine, ce superbe road-movie familial où une petit fille craquante se lance dans les concours de miss de l'Amérique profonde. Devotchka n'en est en tout cas pas à ses débuts et 100 Lovers est leur 6ème album qui fait suite à A Mad and faithful telling en 2008, album que j'ai écouté et qui est particulièrement marqué par un esprit balkanique ( pas les époux de Levallois hein vous me suivez?).  Pour donner une idée générale de cet opus qui pour moi est un des grands coups de coeur de 2011, je parlerai de coit entre le souffle épique et l'utilisation des cordes d'Arcade Fire et l'esprit pop orchestrale baroque de l'Europe de l'Est d'un Beirut voire d'un Calexico. Bref une pépite que je vous propose de survoler, comme ce jeune homme sur la pochette porté par ses parapluies.

       1.The Alley commence toute en douceur avec une longue introduction digne de Sigur Ros avant que la superbe voix de Nick Urata, qui brille tout au long de l'album par son expressivité hallucinante, vienne s'imposer, entourée par les cordes et les drums en fond. Un joli morceau de pop mélodieuse avant que la rythmique rapide de 2.All the sand in all the sea entre en jeu. Un univers foisonnant à la Arcade Fire, ces violons qui montent sans cesse, un des plus beaux morceaux de l'opus sans conteste possible. 3. 100 Other lovers prolonge le plaisir dans un univers plus fantasque qui me fait penser à du Yeasayer.

      4.The common good vient s'imposer comme un autre des titres-phare de l'album. Une basse rock, des cordes vives, un joli morceau tout en contraste. Entre deux interludes dispensables, 6.The Man from San Sebastian propose de nouveau un univers inclassable, comme si Bowie avait décidé de chanter sur les rythmiques de Gotan Project. (tout ça sur un rythme qui à quelques endroits me fait penser à un titre de Placebo c'est dire l'aspect inclassable!) Aussi agréable que surprenant. 7. Exhaustible, avec ses doux sifflements d'enfants, est un beau morceau de pop lumineuse qui évoquerait un Radiohead sortant de dépression.

     Les quatre derniers titres s'orientent vers un univers géographique flou flottant entre les Balkans et les mariachi mexicaines, rappelant davantage A Mad and faithfull telling. 9. Bad Luck Heels, ses trompettes mariachi à la Calexico et ses cuivres à la Beirut, nous porte tout en douceur, 10.Ruthless et 11.Contrabanda prolongent cette veine étonnante avant le sublime morceau instrumental de fin 12.Sunshine, tout en cordes.

      Dépêchez-vous de pallier votre ignorance si vous ne connaissiez pas encore Devotchka, vos oreilles vous en sauront gré...

 

Titres préférés:  2.All the sand in all the sea

                         3.100 Other Lovers

                         12.Sunshine

                         4.The Common Good

 

 

 

Note   8   /    10

 

Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires