Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 15:11
     8 ans que l'on attendait la suite après le très bon Courtesy of Choice (à croire que ce 8 est un chiffre magique car il représente aussi l'attente pour le dernier Tricky..), voilà donc Leila de retour. Quelques petits mots très rapides si vous n'avez pas encore la chance de la connaître: soeur de Roya Arab, l'ex chanteuse d'Archive (ça c'est pour la rubrique people lol), ancienne claviériste de Bjork (là déjà commence à naître une lueur d'intérêt), comparse de bon son avec Aphex Twin et du talent plein les mains à n'en plus savoir que faire...
     Pour Blood, Looms and Blooms Leila a su s'entourer de belles voix à qui offrir ses plages musicales: le fidèle Luca Santucci, Martina topley-Bird qu'on ne présente plus et Terry Hall. Le résultat est tout bonnement magnifique, une vraie perle électronique à la fois si originale et si facilement rattachable à des artistes comme Tricky, Portishead ou encore Massive Attack. Ne perdons cependant pas de vue l'originalité, Leila n'est en rien un Massive Attack bis..
   L'ensemble navigue sans cesse entre des mélodies douces et des rythmes beaucoup plus durs et sources d'angoisses. Entre des envolées instrumentales et des voix chaudes. Perpétuel jeu de contrastes à travers l'album qui laisse pantois. A part quelques titres que personnellement j'aime moins (mais ceci n'engage que moi) comme 11.Lush Dolphins ou l'immersion dans la musique classique 13.Young Ones, le reste est vraiment de très bonne facture. Certains titres nous transportent même littéralement par la beauté et/ou leur dureté:
   L'ouverture Mollie qui monte progressivement pour retomber telle une vague de son
   4. Daisies, cats and Spacemen porté par la beauté du chant de Roya Arab aux accents très Portishead
   5. Mettle, mon titre préféré. Un morceau angoissant au possible, des sons mécaniques à la Tobin à peine atténués par le bruit perpétuel d'une source en fond. Un ensemble très dur qui finit abruptement.
   6. Teases me et la voix chaude de Luca Santucci
   9. Deflect, hymne à Tricky que l'on verrait parfaitement dans Maxinequaye.

    Si vous avez envie de vous laisser porter par un océan de sensations à première vue contraires poser votre barque sur Blood, Looms and Blooms. Bonne écoute à tous pour cette première pépite de septembre.




Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires