Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 00:29

     Sol Seppy, nom étrange pour une musique empreinte de mélancolie. Mais qui se cache derrière ? La jolie Sophie Michalitsianos, d’origine anglaise, australienne et grecque. Une musicienne accomplie, pianiste et violoncelliste formée au conservatoire de Sidney. Remarquée par Mark Linkous du groupe Sparklehorse, elle a notamment contribué à deux de leurs albums : « Good Morning Spider » et « It's a Wonderful Life ». Elle nous livre son premier album, « The bells of 1 2 ».

 

     Dès le premier morceau 1-2, on baigne dans l’atmosphère si particulière de cet album. Un titre qui mêle la douceur enfantine d’une comptine chantée par la douce voix de Sophie, à la tristesse de la mélodie. Avec parfois en fond des violoncelles. Belle introduction à cet album.

 

     L’album oscille ensuite entre des titres monotones, et des titres un peu plus joyeux.

Les premiers ont des mélodies tristes et peu rythmées, bercées la plupart du temps par un seul instrument, le piano. Gold par exemple, avec une mélodie extrêmement étrange, bercée de bruits bizarres, et de coups que l’on croirait issus de la pédale d’un piano. Ou Injoy qui semble avoir été enregistrée alors que la pluie tombait sur les carreaux.

Les deuxièmes sont accompagnées d’instruments plus pop comme dans Slo Fuzz, joli titre bien rythmé et accompagné de manière plus affirmée par la voix de Sophie.

Les arrangements de l’album restent quand même assez minimalistes. Il n’y a pas de débauche d’instruments. Ils se répondent, mais jouent rarement en même temps.

 

     Le titre Move, est une perle à lui tout seul, nous réveillant d’un coup de notre torpeur. Il résume à lui seul l’album entier, oscillant entre une mélodie lancinante avec une voix déchirée, comme sortie d’outre tombe. Et une mélodie plus gaie avec la douce voix de Sol Seppy. Une vraie merveille. On trouve des titres un peu plus accrocheurs sur la fin, tels que Answer To The Name Of, titre dichotomique, débutant par une mélodie lente et se terminant par un coup de feu plus violent, ou Wonderland, décidément plus entraînant. L’album se clot sur un morceau intimiste, Enter One, qui nous laisse une note plutôt pessimiste.

 

    Malgré des titres pas toujours égaux en qualité, je vous engage à écouter cet album, car cet univers là est riche et prometteur. Une artiste à suivre donc…







Lili

Partager cet article

Repost 0

commentaires