Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 16:38
       On est repartis pour un petit voyage de 3 jours. Première escale du côté de The Horrors, un groupe qui avait sorti son premier album Strange House en 2006. Un album très dark avec un son garage assez dur à ce que j'en ai lu car j'avoue ne pas l'avoir écouté.
      Je découvre donc The Horrors avec ce second album qui a été chapeauté par Geoff Barrow (Portishead bien sûr) et le réalisateur des clips chez le label WARP Chris Cunnigham. Il fallait bien ceci pour accompagner la bande de Faris Rotter/Badwan (chant), les Joshua Hayward (guitare), Tomethy Furse (claviers) et compagnie. Dès la première écoute, il est clair et net que le groupe a délaissé le son garage pour un son cold-wave/shoegazing. On pense dès cette écoute volontairement naive à My Bloody Valentine, Joy Division ou encore Death in Vegas (c'est fou ça j'ai tendance à voir du Death in Vegas partout, peut-être devrais-je aller consulter?lol)
     D'emblée il faut l'affirmer: cet album est vraiment très bon et très dense sans de véritable temps mort. Le morceau d'introduction 1.Mirror's Image séduit par sa montée en puissance, après une minute assez douce l'ambiance se déclare ouvertement rock, portée par la voix chaude de Faris. 2. Three Decades et 3.Who can say se présentent comme deux titres de rock péchu, le son devenant plus lourd pour le second.
   Ils annoncent un tryptique assez dément, les trois meilleurs titres à mon sens avec la perle de clôture. 4.Do you remember me plonge dans Death in Vegas (mince ça revient lol), 5.New ice age est un morceau très noisy avec ses sons discordants et son refrain en béton armé. 6.Scarlet Fields offre un refrain dévastateur.
   Les 3 trois titres suivants annoncent une accalmie relative (à noter le superbe rythme tout en lenteur et retenue de 7.I only think of you) d'où va jaillir le sublissime 10.Sea within a sea. Véritable morceau épique de près de 8 minutes qui gagne en puissance évocatrice dès la moitié.

Un album qui ira parfaitement avec ce temps froid et pluvieux.




8  /  10

Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires