Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 16:33

      En 2008, à moins de vivre dans une grotte, vous avez vous aussi reçu de plein fouet le premier album decover_crop-copie-42.jpg The Do A Mouthful avec son titre-phare On my shoulder qui a du figurer dans le hit parade 2008 des titres les plus passés en radios. La problématique était plutôt ardue pour le duo français composé de Dan Levy et Olivia Merilahti; comment réaliser un album aussi riche que le premier tout en évitant le single trop percutant qui a tendance à vampiriser tout le reste, au risque de faire passer l'ensemble pour commercial?  Ma foi, après de multiples écoutes pour m'approprier cet album plus difficile à appréhender que le premier, la réponse à cette question ne fait aucun doute et le premier essai est même plus que transformé.

      On retrouve d'emblée la voix tout aussi cristalline qu'enfantine d'Olivia, accompagnée par une mélodie minimaliste au piano  sur 1.Dust it off. Un superbe morceau d'ouverture sans aucun artifice qui ouvre la piste d'une pop minimaliste qui sera rapidement annihilée par 2.Gonna be sick! Le titre s'appuie sur des percus tribales, un xylophone omniprésent et la voix d'Olivia qui quitte son habit de cristal, se montrant volontiers plus féline. Ce titre difficilement classable résume assez bien l'esprit de l'opus qui aime piocher dans tous les styles. 3. The Wicked and the Blind s'empresse de baisser le rythme, titre assez contrasté qui charmera cependant par son utilisation de la batterie et sa fin anxiogène à souhait. Arrive pour moi le single en puissance de l'album avec la pépite pop 4.Too insistent, et son refrain à la mélodie imparable. Un titre qui monte en puissance, le refrain se faisant de plus en plus percutant au milieu des cordes et des cuivres. Juste superbe, un titre qui illuminera tous les visages.

       5.Bohemian dances reste dans la lignée de la pop tribale de 2.Gonna be sick! avec une pointe d'électro nocturne en fond avant le nouveau temps fort de l'album 6.Smash them all, sucrerie pop qui gagne en densité sur la fin avec les superbes cordes qui métamorphosent l'atmosphère en la rendant joliment mélancolique. Sûrement le plus beau titre de l'album au niveau de la structure. 7.Leo Leo, petit morceau de pop douce, passe sans grande innovation avant le surprenant 8. B.W.O.J qui annonce la deuxième partie de l'album un peu plus expérimentale. Mélange de percus et d'électro assez détonant digne de Fever Ray.  9. Slippery slope, le single de l'album, reste dans cette veine expérimentale, cocktail de rythmique hip-hop et d'électro-tribale digne de MIA. Malheureusement ce n'est pas vraiment ma tasse de thé sur ce coup-là. 10. The Calendar explore une nouvelle facette, celle de la pop/folk avec l'impression d'écouter un Moriarty en version accélérée, 11.Was it a dream? amène sans réelle originalité le dernier grand morceau de l'opus 12.Quake, mountain, quake, morceau tout aussi  fantasque que court avec ses cuivres et ses choeurs à la The go team!Enfin, on finit sur une note de Bjork avec le voluptueux 13.Moon Mermaids tout en simplicité.

      Avec cet opus, The Do confirme joliment toute la richesse de son univers musical. Les 7 premiers titres sont véritablement de haut niveau et la deuxième partie charme par ses prises de risque.

 

Morceaux préférés:      4.Too insistent

                                    6.Smash them all

                                    1.Dust it off

                                     12.Quake, mountain, quake

 

 

 

 

 

Note    8    /    10

 

Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires