Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 20:00

      Avec deux petits jours de retard voici comme prévu des nouvelles du cinquième et dernier opus de Jonathan cover_crop-copie-16.jpgMorali and co, alias Syd Matters. On restait sur le très bon Ghost Days en 2008, est-ce que ce Brother Ocean va nous laisser de tout aussi belles émotions à son écoute?

      La réponse ne fait pas l'ombre d'un doute, nos fétichistes -orfèvres de la production ont de nouveau frappé fort avec cet opus. Arrangements léchés, humble utilisation des instruments, choeurs veloutés, la sensibilité à fleur de peau de Jonathan Morali qui n'en finit plus de s'affirmer avec son chant, des ambiances légèrement moins folk qui continuent à faire les yeux doux à l'électro et, chose plus surprenante, à la pop sur le début de l'album. Il faut croire que le titre Brother Ocean résume à lui seul la sensation qui prédomine à l'écoute, cette impression que la musique coule sans encombre en nous pour devenir si rapidement familière.

    Une bulle de douceur très homogène d'où il paraît difficile et comme inepte de dégager de véritables titres-phares. Seul l'excellent 2.Hi Life, taillé comme un véritable single qui taquine les sirènes tentatrices de la pop, se dégage de cet océan de sonorités soyeuses. L'utilisation de la batterie, les choeurs et le refrain insidueux en font un titre incontournable. Pour le reste il ne vous reste plus qu'à savourer les rythmiques rapides de 1.Wolf Mother et 3.Halac Sillag, le bijou folk 4.A Robbery, les vagues du choeur de 5.We are invisible, les percussions et la fin cachée violonesque de 10.Hadrian's Wall. Pour les fans qui achèteront l'objet, vous pourrez savourer comme moi deux titres bonus 11.One by one et 12.Ocean Soul qui prolongeront cette rêverie aquatique.

     Voilà en tout cas un bien bel album qui devrait nous aider à survivre aux premières attaques de l'automne.

 

Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires