Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 18:06

      Tant d'années à savourer la musique impressionniste de Sigur Ros, à parcourir par l'esprit  les plaines cover-copie-144.jpgintemporelles de l'Islande, à m'imprégner de cette douce mélancolie qui suinte par tous les pores de cette musique et ne pas savoir que le chanteur à la voix cristalline s'appelle Jon Thor Birgisn alias Jonsi, ceci s'apparenterait à une faute musicale grave qui devrait déboucher sur une mise à la retraite prématurée. Cependant s'offrait à moi une autre alternative, vous parler du premier album solo de Jonsi et c'est tout naturellement que j'ai choisi cette option...

      Dès les premières notes du single 1. Go do et le contraste entre un drum assourdissant et une foule de petits sons à la flûte, on se retrouve plongés dans un univers très frais et très pop. L'impression d'assister à l'éveil du printemps.... La voix toute en grâce et préciosité de Jonsi se marie à merveille à cet univers instrumental aussi beau que surabondant. Vraisemblablement la veine pop semble privilégiée en ce début d'opus avec 2.Animal arithmetic au rythme surélevé, à dix mille lieues de l'univers contemplatif de Sigur Ros. Un titre qui me séduit un peu moins car à mon sens trop excessivement pop, en tout cas le choix pop est assumé à 200%. Je préfère dans la lignée de 1. Go do l'excellent 4. Boy Lillikoi qui garde la même recette en jouant davantage sur la notion de montées en puissance. La richesse des sonorités, les drums, les violons et la voix qui atteint son summum dans les aigus, rien n'est omis pour séduire l'auditeur médusé.

      Jonsi aurait-il donc vendu son âme au diable de la pop me direz-vous? Heureusement, il reste dans cet album ce qui fait l'essence même de la beauté incommensurable de Sigur Ros, cette langueur tout en simplicité et retenue. 3.Tornado et son univers instrumental simplifié autour des violons est touchant et confirme que la voix de Jonsi doit rester centrale et ne pas se trouver trop noyée sous les couches de sons en tout genre comme dans 7.Around us. 6.Kolnidur, d'une belle gravité mélancolique, nous ramènera lui aussi vers les plaines islandaises balayées par les vents et les esprits nordiques, avec une fin tout en contraste entre un son légèrement noisy et la voix minérale de Jonsi.

     La fin de l'opus où Jonsi abandonne l'anglais et revient vers la langue islandaise qui à mon sens est un des vecteurs principaux de l'intemporalité de cette musique gagne en douceur, 8.Grow Till Tall et 9. Hengil6s prolongent le voyage de fort belle manière.

     Un bien bel album où Jonsi a clairement tenté l'exploration pop, le résultat est intéressant mais, comme les vieux fidèles, on préfèrera son esprit contemplatif. Il faut croire que lui-même ne s'est senti finalement pas si à l'aise dans la veine pop tant la fin de l'opus sonne Sigur Ros...

 

 


Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Girl Lilikoi 09/04/2010 09:45



Ah enfin quelqu'un qui a le même regard (heu... oreille) que moi sur ce très joli album !


Très réussi, peu de choses à jeter (je n'aime pas Animal Arithmetic), très peu de chansons "joyeuses" finalement, et le naturel qui revient au galop sur les perles de l'album comme Kolnidur,
Tornado, Grow Till Tall... Et ceci est d'autant plus vrai quand on écoute les 5 ou 6 chansons inédites qui ne seront jouées qu'en live, elles sont aussi belles et très sombres !


J'aimerais beaucoup un retour aux sources pour le prochain Sigur Rós, mais le buz autour du show solo et de la pop du garçon me font craindre que les choses ne seront plus jamais comme avant. Et
la magie avait déjà disparu du dernier album de SR en voulant sonner un peu plus "pop"...



Sylphe 09/04/2010 10:28



Content que tu te sentes désormais moins seule dans ton avis ;)