Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 10:42

 

Temps pluvieux et weekend en approche, voila deux occasions de fouiner dans ma discothèque et d’en ressortir quelques pépites. Pour cette semaine, arrêtons nous sur l’Interzone de Serge Teyssot-Gay et Khaled AlJaramani.

interzone-7727920-copie-3.jpegL’Interzone, c’est l’expérience-création musicale enfantée par la rencontre de la guitare rock de Sergio (guitariste de feu Noir Désir, doit-on le rappeler) et du oud de Khaled. Le oud, c’est quoi ? Bonne question : le oud est un instrument à cordes oriental… mais toute description est vaine, allez plutôt voir une photo (ici par exemple).

Association donc improbable. Pourtant, qui connaît le parcours de Sergio ne doute pas un instant du résultat. En 1996, le loustic sort Silence Radio, une exploration faite de bidouillages guitaresques, de bric et de broc. Un CD comme on les aime. Quatre ans plus tard débarque On croit qu’on en est sorti, un concept album autour de textes extraits de La peau et les os de Georges Hyvernaud. Evocation des camps de la mort et de la déportation. Je vous l’accorde, on fait plus fun comme ambiance. Ces deux échappées solo et très expérimentales en marge de Noir Désir laissent pourtant voir le potentiel créatif du gratteux et ses territoires encore inexplorés.

Déboule en 2005 notre Interzone du jour. Un long dialogue tantôt lancinant, tantôt plus enlevé entre le Français et le Syrien, entre la gratte et le oud. Tout ceci parsemé de voix, vous obtenez un album absolument hypnotique qui balance sans cesse entre rêverie paisible et fureur contenue.

Que faut-il retenir des neuf titres ? Tout, absolument tout. L’ouverture est magistrale, avec un Shataraban entêtant. Wings se fait plus aérien, tandis que Ayeb nous embarque dans un gimmick qui jumpe et tourne en boucle. Vitalité porte bien son nom, et aurait pu être un Noir Désir (snif) période 666.667 Club. Indian Raga, le bien nommé dirait-on, nous transporte plus en Inde que chez Bob. Rencontre semble résumer l’intensité du lien et la créativité qui réunit nos amis. Out of Walls aurait aussi pu être un Noir Désir (re-snif), période Des visages des figures cette fois (on pense à la B-side Baiser cannibale par exemple). L’ambiance reste dans le même ton avec Helice Mouvement. On finira avec le colossal et quasi-prophétique On the road. Les plus curieux d’entre vous laisseront tourner le CD pour un bonus track qui n’a rien à envier aux neuf autres.

Interzone est une tuerie intégrale que je peux me passer en boucle jusqu’à l’ivresse. Le plus impressionnant à mon sens : ce CD incontournable repose sur un duo. Deux musiciens, deux instruments, deux voix. Seulement ça pour tout ça.

Depuis, Interzone (devenu nom de groupe) a livré un Deuxième jour en 2007, puis Sergio a réexploré le rock avec une nouvelle formation, Zone Libre. Mais ça, c’est une autre histoire.

 

 

 


 

Le web n’est pas riche en vidéo liée à ce premier opus, voici néanmoins un aperçu (mais n’en restez pas là, jetez vous sur le CD !!!)

 

Raf against the Machine

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires