Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 12:14

Happy Birthday ! Le CD de la semaine date de 2003, mais son contenu a pile 10 ans, à un jour près. Les 12 et 13 septembre 2000, Rage Against The Machine (RATM pour les intimes) donne ses deux derniers concerts, juste avant de splitter. Arrivés à un point de non-entente insurmontable, les quatre lascars donnent une ultime performance, histoire de montrer au public ce qu’ils savent faire.

RATM.jpgGroupe militant, politiquement très engagé et marqué très à gauche, RATM a défrayé la chronique à de multiples occasions. Le groupe couvre régulièrement ses amplis du drapeau américain tête en bas, soutient Léonard Peltier et Mumia Abu-Jamal, se lie avec l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN). Critique des médias et du système capitaliste sont les fers de lance de la formation.

La pochette du CD n’est d’ailleurs pas innocente : rouge et noire, flanquée d’une incontournable étoile communiste et d’un style Chœurs de l’Armée Rouge. Ici, point de grand discours, tout passe par l’intensité de la musique et les textes des morceaux choisis. Piochant essentiellement dans ses premier et troisième albums (Rage Against The Machine en 1992 et The Battle of Los Angeles en 1999), donc dans ses meilleurs titres, le quatuor livre une performance incroyable.

Ouverture bien lourde et pesante avec un Bulls on Parade efficace, suivie de titres tous plus dévastateurs les uns que les autres : Testify, Bombtrack, War within a breath ou Guerilla radio, tout y passe et presque tout y est. Zack De La Rocha mène ses textes rap-rock-rageurs comme jamais, soutenu par une section rythmique basse-batterie puissante. Par-dessus tout ça, ajoutez un Morello qui torture sa six cordes à la perfection.

Le (gros) résultat ne se fait pas attendre : RATM crache un enregistrement qui mérite de figurer parmi les concerts rocks d’anthologie, entre le Live at Reading de Nirvana, le Live at Leeds des Who, le Live at the Gorge de Pearl Jam, le Live at the Felt Forum des Doors, bref, parmi le meilleur !

Alors qu’on approche de la fin du set, les inévitables rappels nous gratifient de versions incendiaires de No Shelter et Freedom, précédées d’une reprise du MC5 (autre groupe rageur), Kick out the Jams (« Motherfucker ! »).

Une heure et une dizaine de minutes plus tard, alors que le CD se termine, une seule question me vient : comment un groupe au sommet de son art, de son talent et de son explosivité peut-il tout arrêter ? Question sans réponse, ou presque : en 2007, le groupe se reforme et se remet à tourner, sans aucun nouveau titre. On signalera un passage à Rock en Seine 2008 (petite vidéo bonus avec surprise ci-dessous !). A l’automne 2010, le groupe sera en vadrouille en Amérique du Sud. Avant un retour en Europe ?

Raf against the Machine

Partager cet article

Repost 0

commentaires