Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 17:00
      Il m'arrive de faire des promesses un peu rapides et c'était le cas lorsque j'ai affirmé dans un article précédent que j'écrirais un papier rapide sur le dernier Air. Cependant, je me dois de m'y tenir et me dépêche de parler de ce Love 2 avant qu'il disparaisse dans les limbes de l'oubli, remplacé par les Veto, Fat Freddy's Drop et Dantom Eeprom du moment.
       Le duo versaillais composé de Noël Godin et Jean-Benoît Dunckel n'est plus à présenter. Un groupe français de qualité qui a su se forger une solide réputation internationale et exporter le son de la french touch. Des albums excellents que j'ai pu me passer en boucle ( Moon Safari en 1998, 10 000 Hz Legend en 2001), deux autres un peu plus irréguliers ( Talkie Walkie en 2004 et Pocket Symphony en 2007) et un talent inné pour les BO, en particulier pour les films de Sofia Coppola ( la BO bijou pour Virgin Suicides, vous savez un des premiers films où vous avez pu voir Kirsten Dunst... enfin bref). Arrive donc ce Love 2, cinquième album en studio de notre duo précieux (ou précieux duo au choix).
     Pour faire court, je suis un fan de la première heure de Air mais les derniers albums ont peu à peu effrité mon intérêt pour leur son et le manque de renouveau me paraît être leur trait principal en ce moment. Suite à la lecture de quelques critiques positives de leur dernier opus et d'une interview intéressante je me suis donc décidé à écouter ce Love 2, chose que j'aurais pu ne pas faire suite à la déception de Pocket Symphony. Il m'aura malheureusement suffi des deux premiers titres pour saisir l'atmosphère de l'album, un son de qualité reconnaissable entre tous qui a tendance à revenir vers les premiers albums sans innover très clairement.
     1. Do the joy reprend sans hésitation possible la ligne de basse de Talisman (Moon Safari) et offre un son assez saturé alors que 2.Love va chercher du côté de la lounge finement ciselée. Douceur qui s'imprègne, chant apaisé, belle instrumentation classique, petits bruits d'oiseaux. Les deux pôles du son Air sont ainsi mis en valeur, l'attirance pour le son plus rock et le talent à créer des atmosphères cinématographiques. La suite de l'album coule lentement et nous amène peu à peu vers l'indifférence. Certes 3. So Light is her footfall est un joli morceau pop, 4.Be a bee une incursion rock intéressante et 6.Tropical Disease une pépite cinématographique en devenir mais le reste (et donc surtout la deuxième partie) est extrêmement.... plat. Des morceaux que l'on a l'impression d'avoir déjà écoutés et, fait peut-être nouveau pour moi, des morceaux qui m'ennuient. A ce sujet une dédicace spéciale à l'enchaînement 8. Night Hunter ( humm ce piano soporifique) - 9. Sing Sang Sung ( pop aussi c..... qu'apprendre ses verbes irréguliers anglais..).
    Bref je dois me résoudre à reconnaître que le son Air ne me touche plus particulièrement mais , en souvenir des nombreux agréables moments passés à les écouter, j'attends déjà le prochain opus. Avec l'infime espoir qu'ils évoluent et me séduisent à nouveau...




Sylphe

     

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Raf 15/11/2009 23:26


Merci mon garçon pour cet aperçu du nouvel opus... Que j'ai hésité à acheter, et que je n'ai finalement pas pris. Je m'en irai néanmoins y jeter une oreille un de ces jours, histoire de co,firmer
(ou d'infirmer) tes dires. En attendant, je retourne à Wax Taylor, dont j'ai d'ailleurs découvert Tales of the forgotten melodies, un bien bel album !


Sylphe 21/11/2009 11:50


Je confirme, Tales of the forgotten melodies est mon album préféré de Wax Tailor!