Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 22:32
      De retour après quelques soucis d'ordinateur, je vais inaugurer avec ce nouvel album de Hot Chip une nouvelle rubrique intitulée " Le Double Avis" qui, comme son nom l'indique clairement, proposera un avis double sur des albums, l'avis d'Olivier du blog Feu à volonté et le mien.cover-copie-136.jpg
     Trêve de bavardages, parlons musique immédiatement! Les anglais de Hot Chip ne sont presque plus à présenter, leur électro-pop ayant pour moi atteint les sommets avec l'excellent The Warning en 2006. Ajoutons-y un premier album encourageant en 2004 Coming on strong, un troisième opus que j'avais trouvé moins novateur en 2008 Made in the Dark et une pelletée de remixes et on obtient un groupe chéri de la critique musicale. Arrive donc ce quatrième opus très attendu: que va nous réserver la bande à Alexis Taylor et Joe Goddard ( qui fin 2009 a sorti un sublime album solo intitulé Harvest Festival que je vous conseille fortement d'aller écouter)? A voir la pochette de l'album qui pourra figurer dans le top des "pochettes les plus laides de l'année", les anglais sembleraient annoncer qu'ils ont perdu la tête et qu'ils veulent donc nous surprendre.
      Le moins que l'on puisse dire c'est qu'en effet les premières écoutes m'ont littéralement désarçonné et à dire vrai déçu. La veine électro s'est doucement laissée voler la vedette par l'influence pop, de même que la volonté de taquiner les dance-floor s'est fortement accentuée. Similitude de parcours avec un Calvin Harris, si j'exagère au maximum. Cependant, une fois le postulat d'électro-pop pleinement accepté, il ne reste plus qu'à savourer le talent de nos anglais qui, même s'ils tombent un peu dans la facilité dans certains titres, regorgent d'inventivité.
    1.  Thieves in the Night tape juste d'entrée. Un beat oppressant et des synthés qui entrent en constraste avec la voix lumineuse et si pop d' Alexis Taylor. Une rythmique très rapide, des synthés un peu vintage omniprésents au service d'un refrain pop vite addictif. Titre électro-pop, marqué du sceau de la mélodie et du contraste, cette sucrerie se savoure sans retenue.
     2. Hand me down your love vient vite atténuer cette première très bonne impression. Morceau assez mou qui répète à n'en plus pouvoir le titre, on garde la fâcheuse impression d'un titre inachevé. Heureusement, on peut se rattacher au très beau refrain porté par les violons qui offre une trouée de soleil dans la grisaille monotone de ce morceau. 3. I Feel better résume assez clairement, quant à lui, les sentiments contraires qui m'animent à l'écoute de cet album. La voix est pop à l'excès, l'univers instrumental grandiloquent mais assez simplifié, l'utilisation de l'auto-tune contestable mais la mélodie s'insinue subrepticement en nous au fil des écoutes, on se surprend alors à chantonner.
    Le beat addictif de 4.One Life Stand et son univers plus sombre nous rassurent, Hot Chip n'a pas perdu son talent pour les titres plus électros. Même le refrain plus lumineux s'inscrit parfaitement dans l'univers du titre. Ce  talent électro jaillira de nouveau avec le superbe 10.Take it in, véritable joyau des dance-floor qui clot l'album tout en beauté.
     La deuxième partie de One Life Stand est moins homogène et plus variée.5.Brothers séduit par son contraste entre un beat de fond et des choeurs où apparaît une voix féminine quand surgit 6.Slush qui demeure pour moi un véritable point d'interrogation. Cette ballade qui se présente presque comme un appel du pied fait  à la hype de la folk expérimentale des Grizzly Bear s'est perdue au milieu de l'album, morceau certes pas désagréable mais qui ne répond pas à la dynamique de l'ensemble.  7.Alley Cats s'écoute sans sourciller quand l'attention se réveille à l'écoute de 8.We have love, superbe morceau porté par une rythmique plus affirmée et des sonorités électros. Les picotements dans les jambes font leur apparition et l'envie de danser devient obsédante, tout de suite atténuée par l'univers instrumental très sombre de 9.Keep Quiet, que n'aurait pas renié Massive Attack.
    Hot Chip aura pris plaisir à jouer avec nos envies tout au long de cet opus en alternant morceaux clairement pop et bijoux électros. L'impression que le groupe n'a pas réussi à choisir une ligne directrice reste en arrière-plan mais il est incontestable que, dans la catégorie pop influencée par les sonorités dance, cet album est une belle réussite. Finalement, on ne peut que féliciter nos anglais d'avoir pris le risque d'innover.




Sylphe


Avis d'Olivier du blog Feu à volonté:

     À mi-chemin entre musique de danse, électro-pop futuriste et musique de fond presque quétaine, One Life Stand, dernier effort de Hot Chip, accumule les moments négligeables et laisse de côté les meilleurs attributs musicaux au profit de quelque chose d'ennuyeux et de répétitif. En résulte un album profondément inégal à la limite du négligeable.

Thieves in the Night, pièce d'introduction, démarre sur un synthétiseur spatial avant de se faire prendre en charge par un kick et une mélodie de basse électronique, le tout agrémenté d'une voix raisonnablement aiguë. Le mélange s'écoute suffisamment bien pour mériter de se faire qualifier d'électro pop de qualité. Hand me Down Your Love s'inscrit dans un registre moyen, avec son rythme de batterie commun et sa trame mélodique empreinte de répétitions.

Du bon côté de la médaille on retrouve I Feel Better qui, malgré son auto-tune exécrable et son rythme de base assuré par un clavier transformé en cordes synthétiques débordantes de reverb caramélisé, accomplit l'exploit de transformer ces deux défauts en qualités grâce à un rythme constant qui donne envie de danser. S'ensuit One Life Stand, piste titre de l'album. Menée par un arsenal de mélodies basses, celle-ci s'écoute merveilleusement bien lorsque le temps est venu de donner une ambiance électro-futuriste. We Have Love possède le même genre de qualité, avec un certain cachet de piste de danse supplémentaire.

Malheureusement, le reste de l'album laisse à désirer. Brothers constitue un morceau incroyablement fromagé d'électro-pop répétitive à l'atmosphère légère mais redondante. Le résultat est pire sur Slush, avec aucun enthousiasme musical ou rebondissement captant l'attention. Alley Cats, Keep Quitet et Take It In demeurent tout autant redondantes et musicalement négligeables. Pourtant, rien sur l'album n'est vraiment mauvais ; on a simplement l'impression d'entendre quelque chose de bien composée mais avec trop de déjà vu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylphe
commenter cet article

commentaires