Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 15:46

     En cette période de grand froid qui glace mes doigts et ralentit considérablement mon rythme d'écriture -la cover_crop-copie-10.jpgmétéo a bon dos en terme d'excuses-, je vais vous parler d'un album sorti fin août que j'ai appris progressivement à savourer. Ra Ra Riot est un groupe américain originaire de Syracuse qui s'appuie sur le chant de Wes Miles (qui officie aussi dans le groupe Discovery avec le claviériste de Vampire Weekend Rostam Batmanglij) et les violons de Rebecca Zeller entre autres. The Orchard est leur deuxième opus après The Rhumb Line sorti en 2008, album que je n'ai pas écouté à sa sortie.

     Me voilà donc tel une page blanche face à Ra Ra Riot, page ne demandant qu'à être recouverte d'écritures musicales en tout genre. 1.The Orchard, le titre éponyme de l'album, me séduit d'emblée. La douceur de la voix et les violons intimistes réchauffent l'atmosphère et ne sont pas sans me rappeler Owen Pallett. 2. Boy, un autre des meilleurs de titres, s'appuie sur une rythmique très rapide imposée par la batterie que les violons viendront appuyer. On retrouve toute l'énergie d'un Arcade Fire pour un titre résolument pop. La même dynamique est préservée par 3.Too dramatic avec la course effrénée de ses violons qui met encore plus en valeur la puissance mélodique du titre.

    Après un 4.Foolish tout en douceur et retenue, 5.Massachussets s'impose comme un des titres-phare de l'opus. Les choeurs viennent prendre le pouvoir, toujours chaudement entourés des violons, et nous plongent dans l'univers de leurs comparses de Vampire Weekend. Un titre très riche à savourer sans modération. 6.You and I know est, quant à lui, un des derniers grands morceaux de l'album, porté par une sublime voix féminine et une montée finale autant inattendue que savoureuse. La fin de The Orchard perd légèrement en intensité malgré les rythmes intéressants de 7.Shadowcasting et 8. Do you remember. En bref, un bel album qui souligne toute la noblesse du violon au service de la pop.

 

 

 

Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires