Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 18:04

       I'm back!  Le rush de septembre est passé douloureusement, agrémenté de cartons à faire puis à défaire - non ceBlog-copie-10.png n'est pas un nouveau toc et je ne suis pas devenu cartonphile, c'est juste un déménagement- mais maintenant c'est bon je suis de nouveau connecté à la toile comme disaient les branchés du web au début des années 2000. Si je me suis écarté du blog, je n'ai cependant pas arrété de fouiner partout pour récupérer du bon son et la liste des albums dont je veux parler est longue comme mon bras.... sachant que je suis tout de même assez grand, le résultat n'est pas négligeable.... (est-ce que Mimie Mathy emploierait cette expression? pardon c'est déplacé, continuons). Pour ma véritable rentrée des classes, je vais tenter de vous parler d' un superbe album qui date déjà de mai (oula ça file ma bonne dame), W de Planningtorock, que je n'ai cessé de réécouter tout cet été. L'envie de parler de cet album s'est réveillée pendant le concert mardi soir de Connan Mockasin, j'ai alors pris conscience qu'il me fallait reprendre par un artiste inclassable.

         Voilà donc Janine Roston, anglaise vivant depuis 10 ans à Berlin, violoniste à la base signée sur le label de James Murphy, DFA. Personnage atypique qui doit vouer un véritable culte au protéiforme David Bowie et qui s'est par conséquent créé une véritable image androgyne à base de postiches et faux nez... métamorphose poussée à l'extrême car Janine a une voix bien masculine sur cet opus. Parler de style musical pour un album inclassable n'est jamais facile, mais disons que Planningtorock serait une créature hybride entre Fever Ray et Bjork.

          L'ouverture 1.Doorway avec sa rythmique downtempo martiale, sa ligne de basse sombre et sa voix sortie des cavernes frappe fort d'emblée. Un morceau tout en tension qui évoque de manière assez limpide Fever Ray. 2.The One élève encore le niveau, porté par une instrumentation finement ciselée, entre cordes et cuivres qui se marient parfaitement à l'étrangeté de la voix de Planningtorock. Un contraste saisissant entre cette voix inhumaine et le pouvoir mélodique du morceau. 3.Manifesto confirme la richesse de la voix de Janine avant l'excellent 4.Going wrong. Des cuivres adaptés,une rythmique rapide et l'impression perpétuelle que ce morceau est sur le fil du rasoir.

            L'ultra sensuel 5.I'm Yr man qui joue pleinement la carte androgyne en m'évoquant en même temps le funk de TV on the radio, un 6.Breaks noir comme la suie et anxiogène à souhait, une surprise nu-disco taillée pour les dance-floors avec l'excellent 7.Living it out, les titres s'enchaînent avec brio. Nouvelle pincée de synthés 80's avec 8.Milky Blau, un hymne semi-masqué à Portishead avec 9.Jam, une instru planante de haut vol avec 10.Black Thumber, un titre qui n'apporte pas grand chose à l'ensemble et qui rappelle que ce n'est qu'un deuxième album avec 11.Janine et 12. # 9 clot superbement l'album en faisant clairement écho à 1.Doorway. En 50 minutes Planningtorock vient tout simplement de nous affliger une des plus belles claques de 2011.

 

Morceaux préférés:     2.The One

                                   1.Doorway

                                   7.Living it out

                                   4.Going wrong

 

 

 

 

 

Note  8   /     10

 

Sylphe      

Partager cet article

Repost 0

commentaires