Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 20:23

       Petite étape ce soir du côté de Chicago pour faire la découverte de Bullets in Madison, un groupe dont je cover-copie-148.jpgn'avais jusqu'alors jamais entendu parler et qui vient de sortir son deuxième opus. Une fort belle découverte qui n'est pas sans me rappeler nos petits français de B R OAD WAY. En effet, il existe de nombreuses similitudes: une musique assez linéaire qui se développe lentement telle une chrysalide se muant en papillon, un univers instrumental somptueux porté par la batterie et surtout les langoureux violons. Ajoutons-y une voix tout en retenue qui évoque les fantômes de Thom Yorke, des jeux de tiroir entre le post-rock et une ambient plus contemplative à la Sigur Ros et vous obtenez un joli petit bijou de 10 titres et un peu plus de 50 minutes.

     1.Impossible grave et 2.Animals offrent une ouverture tout en douceur à l'album, à renfort de cordes mélancoliques légèrement contrebalancées par la batterie. La voix fredonne presque les textes et témoigne la volonté assez claire de favoriser les textures sonores. Une voix capable de lire son texte en toute gravité tel un Iggy Pop dans l'excellent 3. Joel found his angel cowering in the garden, morceau de post-rock plus sombre qui n'est pas sans évoquer l'univers de Mogwai.

     Arrive alors un tryptique qui affirme en toute splendeur les influences des chicagoans. 4.Riots, que ce soit par la voix ou l'ambiance instrumentale, est digne de Coldplay alors que 5.Broken évoque Radiohead. 8.Crimes sera l'exemple le plus convaincant de cet hymne déguisé à Thom Yorke. Enfin, 6.The Eclipse et ses cordes rappelle les terres islandaises de Sigur Ros, par ses cordes si sensibles.


 Et que dire du magnifique 7.St Jude, pour moi le plus beau morceau de cet opus?  Touchant de simplicité et de grâce il ne reste pour vous qu'à vous laisser bercer et à vous imaginer dans La Leçon de piano... 9.This is the last night apportera sur la fin une touche un peu plus rock digne d'Archive mais c'est bien cette sensation de douce langueur qui reste et nous donne envie d'appuyer fébrilement sur le bouton play une nouvelle fois...

 

Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires