Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 20:18

      J'ai longtemps hésité avant d'écrire sur le deuxième album de notre duo hype de Brooklyn composé de cover-copie-146.jpgBen Goldwasser et Andrew VanWyngarden pour diverses raisons. Tout d'abord, j'ai lu de superbes critiques sur cet opus et je vois mal quelle pourrait être ma contribution à la bulle critique qui noie la sortie de l'album sûrement le plus attendu de l'année. De plus, la déferlante critique étant ce qu'elle est j'ai toujours l'envie légitime de ne pas pérorer sur ce que tout le monde s'empresse de décortiquer. Cependant, deux arguments décisifs m'ont finalement poussé à changer d'avis, l'envie de suivre la trajectoire de ce groupe qui me laissait sur une impression plus que mitigée après leur performance live à Rock en Seine et surtout l'amère sensation d'avoir jugé trop hâtivement cet opus et d'avoir parlé de mémoire sur un podcast de "vague prise sur la tête, album de piètre qualité". Peut-être bien un article en forme de mea culpa qui pourrait s'intituler " Ou comment ne pas tomber dans l'envie de critiquer rapidement quand on a envie de découvrir des tonnes d'albums".

     En effet, dès les premières écoutes, on se rend compte que cet album, outre le fait qu'il ne comporte pas de tubes imparables susceptibles de plaire aux foules, n'est pas particulièrement facile d'accès. Les titres possèdent des structures complexes ou, si l'on est plus précis, ont en leur sein plusieurs plages, phénomène qui atteint son paroxysme avec le délire de 12 minutes 6.Siberian Breaks. MGMT donne l'impression de laisser couler ses titres au gré de ses envies et de travailler dans la spontanéité, spontanéité bien sûr feinte. De plus, l'apparition à la production de Peter Kember alias Sonic Boom (Spacemen 3) et le passage au mixage de Dave Fridmann (producteur d'Oracular Spectacular) donnent forcément une teinte moins conventionnelle à l'ensemble, " Bon je dirais qu'il [ Sonic Boom] a injecté une liberté. Tout était possible: monter six ou sept mélodies sur un seul morceau de onze minutes par exemple."

     1.It's working offre d'emblée un morceau très pop porté à merveille par le chant d'Andrew, c'est frais et simple et prend en cours de morceau une teinte rétro psyché des années 70 par le biais des choeurs. 2.Song for Dan Treacy demeure dans la même spirale, s'appuyant sur des choeurs particulièrement réjouissants revenant en boucles. D'un point de vue instrumental, ces deux premiers titres sont à l'image de l'ensemble et confirment la volonté de s'appuyer essentiellement sur les claviers.

    3.Someone's missing surprend par son rythme presque downtempo, le rythme cardiaque baisse doucement et on se dirige vers une douce ballade. Cependant, nos américains aiment sans cesse surprendre et les trente dernières secondes explosent en un chant psyché-pop. C'est une belle structure qui sera reprise dans 5. I found a whistle, très beau titre de folk atmosphérique qui monte en puissance sur la fin.

    Il serait cependant exagéré de dire que MGMT a fait une croix définitive sur les influences d'Oracular Spectacular à l'écoute du single 4.Flash delirium où le mixage de Fridmann se fait plus que sentir. Voix, sonorités plus électros, beats de qualité et choeurs, tout est présent pour faire dodeliner les têtes. Et si l'on reste dans les pépites de l'album, que dire du trip spatio-temporel 6.Siberian Breaks? 12 minutes de gourmandise, de volonté de butiner sans retenue où je vous laisse chercher les influences. Morceau en tout cas inclassable.

   Après un hommage plus punk avec 7.Brian Eno, arrive le très bon morceau instrumental 8.Lady Dada's nightmare (Lady Gaga appréciera sûrement...) qui surprend par son instrumentation et son orgue. 9.Congratulation et ses harpes électroniques viennent en douceur clore un album qui ne fera pas l'unanimité mais qui a néanmoins pour qualité de confirmer que MGMT n'est pas seulement un groupe de hype et veut s'inscrire dans la durée.

 

 

 

Sylphe

Partager cet article

Repost 0

commentaires